Tourneur en action

Jacques LARQUE
Tourneur sur bois à Bayonne

Jacques Larque, est né en 1950 à Ousse dans les Pyrénées Atlantiques à quelques kilomètres de Pau.

Petit garçon il est attiré par deux choses :
- Les petits plats mitonnés par sa grandmère,
- Et les modèles réduits en bois.
La cuisine c'est sa vocation ; le travail du bois sa distraction.
Il apprend le métier à la Réole, un CAP de cuisinier en poche, il se rapproche de son Béarn natal, puis en 1973 il entre au collège Moncade à Orthez.

Une jeune pharmacienne, Marie France, croise alors son chemin, ils se marient et en 1974 Cathy vient égayer le foyer de ses gazouillis. Puis Florence va venir agrandir la famille.

Mais patatras en 1976 une maladie fait perdre la vue à Jacques qui devient aveugle !

Oui vous avez bien lu : Jacques est aveugle

Tous les tourneurs savent qu'elle est l'importance de la vue dans ce métier, beaucoup s'équipent de lampes spéciales, de lunettes grossissantes pour mieux apprécier le travail de l'outil sur le bois. Pour ceux qui ne connaissent pas bien l'art du tournage, sachez simplement qu'un tourneur utilise un outil tranchant comme un rasoir qu'il appuye sur une pièce de bois tournant à 1500 tours/minute parfois plus.
Tous ceux qui ont débuté dans le tournage savent ce que veut dire "planter". Lorsque l'outil arrive trop vite sur le bois ou sous un mauvais angle, il ne coupe pas mais s'enfonce et provoque une profonde marque qu'il sera dur de faire partir. Et bien Jacques ne "plante" pas plus souvent que ses collègues voyants, peut-être même moins souvent.
Je lui ai semandé comment il appréciait la distance entre l'outil et le bois ; il m'a répondu : "A l'arrêt je touche le morceau de bois puis quand il tourne je me repère au souffle de l'air sur mes mains".
Eh oui vous voyez comme c'est simple.
Essayez et puis vous m'en reparlerez.
Tous ceux qui l'ont vu travailler disent qu'il a des yeux au bout des doigts.

Je vous avais dit que ce site avait quelque chose de particulier. Au delà du tournage sur bois, c'est une magnifique histoire de vie qu'il vous raconte.

Si vous voulez en savoir un peu plus, continuez sur cette page. Si vous souhaitez voir quelques objets tournés par Jacques, allez à la page "Ses réalisations". Sachez que tout ce qu'il fait et est capable de faire n'est pas représenté ici.

Ayant perdu la vue, jacques ne peut continuer son métier de cuisinier. Il ne baissera cependant pas les bras, ne mettra pas en avant son handicap car il ne veut pas dépendre des autres.
Il travaillera dans diverses entreprises de construction, ses mains lui donnant le contact avec son environnement. Il a la volonté de se débrouiller seul, il utilise au maximum ses facultés d'invention et de créativité.

En 1987, la famille s'installe au Pays Basque et son épouse, Marie France, ouvre une pharmacie à Saint Pierre d'Irube. C'est là qu'il va matérialiser son rève : s'installer dans un atelier de tourneur sur bois avec un statut d'artisan déclaré.

Cet atelier de tournage sur bois, il l'a d'abord révé puis réalisé. Il a imaginé et créé des outils adaptés et aujourd'hui il fabrique des objets mieux que beaucoup de tourneurs. Il faut que ses tabourets, ses salières, ses mortiers soit parfaitement finis. Il a créé des méthodes de fabrication utiles à tous les tourneurs. Il s'est fabriqué un tour pour tourner en l'air.

Il souhaite rencontrer du monde pour partager sa passion. Il participe à des sallons. Je l'ai rencontré aux journées du tournage sur bois à Aiguines dans le Var où en plus de tourner de manière traditionnelle, il épatait le public et ses amis en produisant des gerbes de copeaux verticales. En général les copeaux produits par l'outil du tourneur partent à l'horizontale, lui les fait jaillir à la verticale vers le haut et il a su qu'il avait réussi lorsqu'il a senti les copeaux lui retomber sur les cheveux.

Jacques aime le contact, utilisez ses coordonnées en bas de page pour lui faire un petit coucou et vous faire plaisir en lui achetant un objet, un objet oh combien unique.